Pendant des décennies, la voiture de l'an 2000 a fait les choux gras des revues d'anticipation et fait fantasmer nos pères en culotte courte, mais l'Histoire est facétieuse et se joue à l'envi de nos pronostics.
 
L'an 2000 est arrivé, mais la voiture du futur ne vole pas sur des autoroutes aériennes, n'a pas de guidon en guise de volant et s'en remet toujours au vieux moteur à piston à un seul temps utile tous les deux tours. Pis, l'âge spatial a vécu, le goût des formes rétro sévit chez les élégantes et dans un coin des West Midlands on fabrique encore un petit cube à roulettes des années 1950 selon des procédés crypto-industriels à peu près inchangés depuis quarante ans !

 

last-mini-20001

Dernier caprice du sort, la Mini quitte les chaînes de Longbridge plusieurs années après sa remplaçante officieuse et cadette de vingt-deux ans, la Metro. Pour le dernier vestige de l'empire BMC, MG Rover, c'est déjà le début de la fin. BMW a lâché le groupe et a repris les bijoux de famille, Land Rover (bientôt revendu à Ford) et Mini (que le réseau BMW se chargera de commercialiser à son compte). Quant à la nouvelle Mini elle n'a plus rien de "mini" et a sacrifié l'esprit ingénieux de son aînée sur l'autel d'un néoclassicisme à la mode. On a même veillé à scrupuleusement reproduire l'un des plus gros défauts de la vieille : son inconfort !

Serait-ce ce que Francis Fukuyama appelait "la fin de l'Histoire" ?